Toutes les personnes vivant sous un même toit peuvent manger ensemble au restaurant

·2 min read

Sherbrooke — Les personnes demeurant à une même adresse, peu importe leur nombre et leur âge, peuvent désormais s’asseoir à la même table dans les restaurants en zone orange. Un arrêté ministériel publié vendredi vient ainsi changer les règles et permettre par exemple à des enfants majeurs d’accompagner leurs parents au restaurant s’ils habitent la même maison, ou à des colocataires de s’y rendre à plus de deux.

Un maximum de deux personnes — accompagnées de leurs enfants mineurs — s’applique cependant toujours si les deux individus ne résident pas à la même adresse.

L’Association Restauration Québec (ARQ) a mis en lumière cet ajustement publié « en catimini » à la fin de la semaine dernière, déplore-t-elle. « C’est souvent comme ça, commente Claudine Roy, présidente de l’association. Ça nous arrive comme ça par la tête. Mais il faut prendre le positif de tout ça, avec ce qui se passe présentement. »

Il s’agit en effet d’une excellente nouvelle pour le secteur, confirme celle qui a rapidement transmis l’information à tous ses membres, lundi en fin de journée. « On recevait énormément de plaintes, parce que beaucoup d’enfants de 18 ans et plus demeurent chez leurs parents et ils n’avaient pas le droit d’aller au restaurant avec leurs parents. Plusieurs sont en télétravail ou font leurs études à distance. J’avais moi-même des appels de gens du secteur qui me disaient que ça n’avait aucun sens. »

Cette « incohérence » est ainsi corrigée par l’arrêté 2021-010 du ministre de la Santé et des Services sociaux, mais demandera une certaine adaptation, puisque les restaurateurs en zone orange s’étaient préparés à accueillir surtout des duos en salle à manger.

L’arrêté supprime le paragraphe fixant le précédent maximum à deux personnes et leurs enfants mineurs dans un restaurant ou dans une aire de restauration d’un centre commercial ou d’un commerce d’alimentation en zone orange, pour le remplacer par les options suivantes : « i. les occupants d’une même résidence privée ou de ce qui en tient lieu ; ii. un maximum de deux personnes, accompagnés de leurs enfants mineurs ; »

Il n’a pas été possible de parler à un responsable des relations avec les médias au ministère de la Santé et de Services Sociaux dans les délais, lundi soir. Pour l’ARQ, l’interprétation de cet arrêté est cependant sans équivoque.

Jasmine Rondeau, Initiative de journalisme local, La Tribune