Quatre recommandations pour contrer la maltraitance envers les aînés

·2 min read

L'Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec (OOAQ) a déposé un mémoire comprenant quatre recommandations pour le prochain Plan d'action gouvernemental pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées.

Celui-ci est rendu public à la suite de l'invitation du gouvernement du Québec d'émettre différentes recommandations.

L'OOAQ y précise l'importance des concepts de la communication et l'empathie qui sont au cœur de la prévention de la maltraitance et de la promotion de la bientraitance.

«Pour qu'une personne aînée puisse exprimer clairement ses choix et préférences, cela doit inévitablement passer par une communication réussie avec les soignants et les proches aidants», affirme Paul-André Gallant, président de l'OOAQ, par voie de communiqué.

À l'inverse, le manque d'informations et les préjugés nuiraient à l'engagement des différents intervenants envers une personne aînée. Cela s'ajoute aux situations où des personnes plus âgées sont délaissées par leurs proches, car leurs capacités cognitives sont sous-estimées.

Pour contrer la maltraitance, l'OOAQ estime qu'il faut notamment s'assurer que les actes de communiquer et de manger ne soient pas considérés comme un luxe qui demande trop de temps de la part des intervenants, mais bien comme une condition essentielle à un environnement sain et bienveillant.

Orthophonistes et audiologistes en CHSLD

L'Ordre ajoute que davantage de ses membres devraient travailler en CHSLD. Ils pourraient utiliser leur expertise pour ce qui touche les difficultés de déglutition, audition et communication chez les résidents, ainsi que soutenir les changements souhaités vers une culture bientraitante dans ces milieux de vie.

Rappelons que près de 80 % des gens en CHSLD déplorent une perte auditive, mais que celle-ci sera identifiée pour moins de 50 % d'entre eux. Elle est même souvent confondue avec des troubles cognitifs.

«Ne pas prendre le temps de la détecter, l'évaluer et mettre en place les interventions appropriées est une forme de maltraitance organisationnelle», soutient l'OOAQ dans son communiqué.

4 recommandations

Selon l'OOAQ, la solution pour régler les problèmes actuels passe par la prévention, la formation et l'éducation. Par ailleurs, quatre recommandations principales sont ressorties du mémoire.

La première est de reconnaître et considérer dès maintenant la communication (audition et langage) et l'empathie comme faisant partie intégrante de la prévention de la maltraitance et de la promotion de la bientraitance.

Elle est suivie par l'importance de faire de la bientraitance envers les aînés une priorité sociétale.

La troisième recommandation est la mise en place d'environnements favorables aux interactions et propices à la prise de parole individuelle ou collective dans les CHSLD. Cela permettrait des échanges positifs et contribuerait à diminuer le sentiment d'isolement, tout en améliorant la qualité de vie.

La dernière proposition de l'OOAQ est d'intégrer les orthophonistes et les audiologistes comme professionnels pouvant contribuer au Plan d'action gouvernemental pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées.

Nicholas Pereira, Initiative de journalisme local, Courrier Laval