Les courses Cryo pour emporter

·5 min read

Pandémie oblige, les courses Cryo seront livrées en formule pour emporter cette année. Les participants auront l’occasion de se lancer un défi personnel ou encore de trouver un parcours de 32 km pour une course nocturne, le 20 février. Au passage, les coureurs en profiteront pour faire une collecte de fonds pour la Fondation Sur la pointe des pieds, qui organise des expéditions thérapeutiques pour les jeunes atteints du cancer.

Il n’a fallu que deux éditions pour que les courses Cryo s’imposent comme un événement important dans le monde de la course au Québec. « On a connu un succès phénoménal pour nos deux premières éditions avec plus de 70% des participants qui venaient de l’extérieur de la région », souligne Jean-Charles Fortin, le directeur général de la Fondation. L’an dernier, 64 participants ont relevé le défi de traverser le lac Saint-Jean à la course sur une distance de 32 kilomètres, dont des coureurs du Canada anglais et de la France, et une trentaine de plus ont fait le parcours de 10 km.

Selon des entrevues réalisées avec les coureurs des années passées, l’attachement au lac Saint-Jean et à la cause sont les deux facteurs qui incitent les gens à participer à la course Cryo. Cette année, la course prendra une tournure bien différente avec la pandémie. « On ne voulait pas que les gens nous oublient, alors on a décidé de livrer la course Cryo chez les gens », ajoute Jean-Charles Fortin.

Ainsi, les participants recevront plusieurs produits phares de la région, dont le fameux chocolat des Pères Trappistes. Une petite partie du lac lui-même sera aussi livrée à la maison, car de l’eau puisée à même le Piékouagami sera envoyée dans une fiole aux participants, un beau clin d’oeil pour garder le lien d’attachement, souligne le directeur général. De plus, cette mesure permettra de continuer à amasser des fonds pour organiser des expéditions thérapeutiques pour les jeunes atteints du cancer. L’an dernier, les course Cryo avaient permis de récolter 171 000 dollars pour la Fondation.

Simone et Christophe font une cinquantaine de kilomètres de course par semaine à l’entraîement.

Jusqu’à maintenant, une quarantaine de personnes ont décidé de relever le défi lancé par les courses Cryo, soit la moitié de l’objectif visé. Il est encore possible de s’inscrire pour réaliser un défi sur mesure ou courir 32 km de nuit.

Simone et Christophe Lussier, deux adeptes de course à pied de 24 et de 27 ans résidant à Montréal, ont décidé de relever ce défi. L’an dernier, ils ont participé à la course sur le Piékougami, complétant l’épreuve après 4h30 de course. « C’est une cause qui nous tient à coeur et ça nous a permis de réaliser un défi d’envergure ensemble », souligne Christophe.

Pour recréer l’ambiance comme ils l’ont vécus sur le lac Saint-Jean, Simone et Christophe vont tenter de courir en partie sur un plan d’eau gelé.

Pour Simone, lever des fonds pour aider des jeunes atteints du cancer à participer à des expéditions thérapeutiques a une signification particulière, car elle est atteinte d’une condition médicale, une thrombose de la veine porte, qui devait l’empêcher de courir plus de 10 km. C’est grâce à l’aide d’un médecin de Sainte-Justine, Julien Bissonnette, qui est lui-même un marathonien, qu’elle a réussi à bien suivre son état de santé tout en repoussant ses limites physiques. « La course en sentiers m’a donc beaucoup aidée à contrôler ces symptômes et même à les atténuer », dit-elle. Les courses Cryo lui permettent ainsi de donner au suivant.

Aider des jeunes atteints du cancer est déjà un objectif en soi. Mais il arrive parfois que cette aide bénéficie aux gens qui nous entoure sans même qu’on le sache. C’est ce qu’a appris Christophe, une semaine avant de traverser le lac Saint-Jean l’an dernier, lorsqu’il a appris qu’un de ses bons amis, Jean-Christophe, avait lui-même pris part à une expédition de la Fondation Sur la pointe des pieds sur la rivière Magpie en 2016. « Mon implication a pris encore plus de sens à mes yeux », dit-il.

Jean-Christophe est reconnaissant de voir comment les gens s’impliquent pour aider les jeunes atteints du cancer à voir « la lumière au bout du tunnel », grâce à la réhabilitation par l’aventure. « Je n’avais plus vraiment d’objectifs pendant mes traitements et l’expédition sur la rivière Magpie m’a permis de me dépasser et de me prouver que je pouvais encore partir à l’aventure », soutient aujourd’hui l’adepte de plein air. De plus, il souligne aussi l’aspect humain, les partages avec les autres jeunes atteints du cancer qui lui ont permis de mettre des mots sur ce qu’il vivait, et toutes les amitiés qu’il a pu tisser au cours de ce séjour inoubliable. « Les efforts des participants aux collectes de fonds de la Fondation permettent de concrètement changer le quotidien des jeunes atteints du cancer », a-t-il lancé comme message aux participants.

Une course à définir Pour l’instant, Simone et Christophe n’ont pas encore d’itinéraire précis pour la course de 32 km. Selon les règles sanitaires, ils tenteront de convaincre des amis de courir avec eux, peut-être dans les Laurentides, où ils ont un chalet à Lesterel, ou encore à Montréal sur le Mont-Royal. « On aimerait faire une partie sur un lac, pour être exposés aux éléments, comme c’était le cas lors de la course l’an dernier », souligne Simone. D’ici là, les deux adeptes de la course à pied continuent à s’entraîner à raison d’une cinquantaine de kilomètres par semaine, tout en continuant d’amasser des fonds, avec l’objectif de dépasser les 2500 dollars qu’ils avaient chacun amassé pour l’occasion.

Pour les soutenir dans leur projet, c’est par ici : https://portail.pointedespieds.com/fr/dons/detail/courses-cryo-2021/2126/participant/35/#don-details.

Guillaume Roy, Initiative de journalisme local, Le Quotidien