Le ML confirme une première candidate

·3 min read

Le Mouvement lavallois – Équipe Marc Demers a dévoilé une première candidature en vue des élections municipales du dimanche 7 novembre.

Il s’agit d’Annick Senghor, qui tentera de reprendre le district Saint-Vincent-de-Paul que le parti a perdu après que le conseiller Paolo Galati eut fait défection dans la foulée de la crise du printemps 2018.

Le chef Marc Demers en a fait l’annonce le lundi 8 mars, Journée internationale des droits des femmes, affirmant du coup que le Mouvement lavallois (ML) présenterait une équipe paritaire en vue du prochain scrutin. Actuellement, 6 des 13 conseillers municipaux représentant le ML au conseil municipal sont des femmes.

«Annick est un atout majeur qui s’intègre à la chimie de l’équipe que nous allons présenter aux élections de novembre», a déclaré par voie de communiqué M. Demers, qui n’a toujours pas annoncé ses intentions de solliciter ou pas un 3e mandat à la mairie.

Il a salué l’«expertise en service à la clientèle» de sa nouvelle recrue qui compte près de 25 années d’expérience en ce domaine. Incidemment, elle a déjà travaillé à la centrale téléphonique 311 de la ville de Laval où on lui avait confié «le mandat spécial de répondre aux requêtes citoyennes complexes, référées par les membres du conseil municipal», précise-t-on.

D’origine sénégalaise, Mme Senghor est dépeinte comme «une militante engagée et dévouée» siégeant au comité exécutif du ML à titre de trésorière depuis 2019.

La présidente du parti, Lyne Sylvain, soutient qu’«avec son entregent communicatif et sa grande capacité d’écoute, elle sait toujours trouver le consensus et exprimer l’idée qui rallie toutes les personnes autour de la table».

Quant à la principale intéressée, elle indique qu’elle travaillera «sans relâche pour redonner aux citoyens de Saint-Vincent-de-Paul une voix forte à l’hôtel de ville».

Résidente du district depuis 12 ans, Annick Senghor est détentrice d'un diplôme d’administration des affaires de l'Institut Supérieur de Management du Dakar, au Sénégal, et d’un certificat en gestion de la relation consommateur qu’elle vient de décrocher à l’Université Laval.

En matière d’implications sociales, elle siège depuis plusieurs années au Conseil d'établissement de l'école du Bois-Joli et y occupe présentement la vice-présidence. Elle agit aussi bénévolement auprès de l'Association d'anémie falciforme du Canada «pour la sensibilisation et l’amélioration des conditions de vie des malades» en plus d’être membre de Caravane de la Transition, un projet communautaire visant à créer des liens entre citoyens et à améliorer les rues et les quartiers de Laval.

Pour l’heure, Annick Senghor est la seule candidature confirmée du côté du parti au pouvoir.

À la question à savoir à quel moment le parti entend faire connaître les intentions du maire Marc Demers et de ses 13 conseillers en devoir en vue de la prochaine campagne, le porte-parole du Mouvement lavallois, Christian Fortin, a fait valoir que «la décision de se présenter pour un mandat de service public de quatre ans appartient à chaque personne» et que «quand elles auront pris une décision, elles la feront connaître publiquement».

Stéphane St-Amour, Initiative de journalisme local, Courrier Laval