Enfin vaccinés!

·4 min read

L’espoir d’un retour à la normale se renforce alors que la population de la Jamésie reçoit progressivement la première dose du vaccin contre la COVID-19.

Au moment d’écrire ces lignes, le 20 janvier, l’équipe de vaccination s’en va administrer Moderna au Manoir Pierre-Guénette de Chapais.

Les personnes âgées de Chibougamau, de Lebel-sur-Quévillon et de Matagami, ainsi que le personnel soignant ont déjà été vaccinées. La vaccination des autres travailleurs de la santé a déjà commencé et devrait être terminée d’ici le 22 janvier.

« Aucun effet secondaire anormal n’a été observé jusqu’à maintenant », affirme la présidente-directrice générale du Centre régional de santé et de services sociaux de la Baie-James (CRSSSBJ), Nathalie Boisvert.

Nous avions hâte!

Au Manoir Providence de Chibougamau, les quelques 70 résidents et travailleurs ont tous été vaccinés… sauf un!

Cela s’est déroulé le 19 janvier entre 8 h 15 et 15 h. « Tout était merveilleusement organisé », assure un des copropriétaires, André Naud. « Avec l’éclosion qu’il y a eu avant Noël, c’était très difficile. À partir d’aujourd’hui, il y a eu un souffle nouveau, les gens étaient contents. Nous avions hâte! »

M. Naud ne trouve pas bizarre qu’il faille maintenir les précautions même après le vaccin. « Ça fait moins de danger », explique-t-il.

Quant à la personne qui a refusé d’être vaccinée, M. Naud affirme être le seul à connaitre son identité; il assure qu’elle ne subira aucun opprobre. « Elle peut encore changer d’idée », dit-il, taquin.

40 ans, 18 ans

La vaccination pour les 40 ans et plus commence le 21 janvier aux salles des Chevaliers de Colomb de Lebel-sur-Quévillon et de Chapais, et à la salle adjacente à l’église de Matagami. À Chibougamau, elle début le 23 janvier, au Club de golf. Selon la disponibilité des doses, la vaccination pourrait s’étendre aux plus jeunes. Autrement, c’est en février que l’offre devrait être élargie aux 18 ans et plus.

À Radisson, où il y a eu des difficultés de recrutement de personnel, la distribution de la première dose de vaccin, pour les 18 ans et plus, devrait avoir lieu à l’église pendant la première semaine de février.

Selon Nathalie Boisvert, c’est le CRSSS Abitibi-Témiscamingue qui devrait procéder à la vaccination à Villebois et Valcanton. « Les discussions ne sont pas terminées, dit-elle. Ça devrait être la seconde semaine de février, pour les 18 ans et plus. »

Rester à l’affût

Comme c’est la première fois qu’une opération de ce type est effectuée, des modifications à l’horaire peuvent arriver. Des journées pourraient s’ajouter aux dates prévues. La population doit rester à l’affut.

Pour recevoir le vaccin, la population doit préalablement prendre un rendez-vous, soit par téléphone, soit par le biais du site Internet du CRSSSBJ. Il est également important d’annuler son rendez-vous lorsqu’il y a empêchement, par respect pour la population et pour faciliter la gestion du temps des travailleurs de la santé.

On demande aux patients de porter un gilet à manches courtes, pour faciliter l’opération, et de rester sur place 15 minutes après la piqure, afin de vérifier s’il y a des effets secondaires.

Moderna choisi pour les facilités de gestion

C’est le vaccin Moderna qui a été choisi pour le Nord-du-Québec, comme pour les autres régions éloignées et isolées du groupe 4, parce qu’il offre plus de facilités pour le transport et la congélation que le vaccin de Pfizer.

« C’est un vaccin sécuritaire. Tous les milieux de recherches ont été mis à profit », assure Mme Boisvert, qui se réjouit que la Jamésie soit vaccinée avant plusieurs autres régions du Québec.

La seconde dose du vaccin Moderna doit être administrée en mars.

Selon des études citées par l’Institut national de santé publique du Québec, l’efficacité du vaccin chez les participants n’ayant reçu qu’une seule dose de vaccin est de 50,8 % en moyenne durant les 14 premiers jours et augmente à 92,1 % par la suite. Pour la seconde dose, l’efficacité est de 94,5 % après 14 jours. La durée de l’efficacité des vaccins n’est pas connue.

La livraison des secondes doses est prévue au mois de mars pour l’ensemble de la population.

Même après la seconde dose, il est recommandé de maintenir la distanciation physique, le lavage des mains et le port du masque.

« L’objectif est de vacciner 80 % de la population pour lui donner une protection », explique la présidente-directrice du CRSSSBJ.

Denis Lord, Initiative de journalisme local, La Sentinelle